Henry

La semaine dernière, je suis allée au P.F. Chang’s avec Meredith, Claire, Lourdes et Sophia. La nourriture est bonne, mais elle n’est pas forcément chinoise. Nous nous sommes amusées bien, particulièrement parce que Sophia était très marrante. J’ai finalement reçu une lettre de refus d’UCLA. Je suis très déçue mais je pouvais s’entendre cette décision. Et je suis triste aussi que Meredith doive laisser tomber le cours de la maison française. Hm…

http://youtu.be/8viNUagr2j8

Dans l’esprit des Oscars, je vais écrire d’un court métrage qui est nommé dans la catégorie « Meilleur court métrage ». Il s’appelle « Henry ». C’est un film québécois réalisé par Yan England. « Henry » ressemble un peu à « Amour », de la façon qu’il est une histoire de l’amour et des maladies de la vieillesse. Henry est un pianiste concertiste. Il est amoureux avec sa femme, Maria. Mais il ne peut pas la trouver partout. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Henry a la maladie d’Alzheimer. Il perd ses mémoires avec sa famille. Il est terrifié parce qu’il ne sait pas ce qui s’est passé avec elle. Je compatis à la fille d’Henry aussi. Elle prend soin de son père, espérant que quelque jours, il va revenir comme son père avec ses mémoires entières. Donc, c’est très triste quand il formellement l’appelle « madame » comme une étrangère. Et il demande sa fille s’il a été un homme bon.

Ça me rappelle du discours de Jodie Foster pendant Golden Globes quand elle reçoit une récompense. Ce discours a fait grand bruit parce qu’elle a parle pour la première fois son homosexualité. Très subtilement, bien sûr. Mais, ce que m’a touché beaucoup, c’est le moment quand elle remercie sa mère, qui a Alzheimer aussi.

« Cela m’emmène à la plus grande influence de ma vie. Mon incroyable mère Evelyn. Maman, je sais que tu es quelque part dans ces yeux bleus. Il y a tellement de choses que tu ne comprendras pas ce soir, mais ceci est la plus importante à retenir: Je t’aime, je t’aime, je t’aime. Et j’espère que si je le dis trois fois, cela ira comme par magie et parfaitement jusqu’à ton âme, que ça t’emplira de la grâce et de la joie de savoir que tu as été bonne dans cette vie. Tu as été une mère formidable. Emporte cela avec toi s’il te plaît quand tu seras enfin prête à partir. »

1 thought on “Henry

  1. Oui, Frankie, il y a beaucoup de mauvaises nouvelles en ce moment. Je suis si déçue pour toi et je croise les doigts pour que tu aies des bonnes nouvelles bientôt! Courage!
    J’aime beaucoup ce court-métrage. Merci de l’avoir partagé. Je me demande s’il pourrait être intéressant pour le cours de Saniya et Dr. Horhota.
    Tu sais que Jodie Foster parle très bien français?
    http://www.youtube.com/watch?v=CPc-5SbiReo
    [à partir de 1:40]

Comments are closed.